Suivi des moules zébrées au lac Memphrémagog

 

Au lac memphrémagog, le premier constat de moule zébrée a été fait en 2017 par une employée de la Ville de Magog. Seulement une moule zébrée avait été retrouvée durant le mois de juillet entre la plage Ouest et le quai MacPherson sur un substrat rocheux lors d'une opération de ramassage d'escargots afin de prévenir des cas de dermatite du baigneur. En 2018, 2 autres mentions de moules zébrées ont été faites par la Ville de Magog. Les 19 et 20 juillet, la patrouille du MCI, accompagnée de la biologiste spécialisée en faune aquatique Isabelle Picard, a entrepris des inventaires de moules zébrées à Magog à la suite d'une observation de colonies de moules inhabituelles rapportée par M. Denis Mongeau, propriétaire de Plongée Magog. Le 23 juillet, le MCI présentait un rapport en conférence de presse qui montrait que des colonies bien établies de moules zébrées se trouvaient maintenant dans le lac Memphrémagog.

Invisible à l’oeil nu au stade de larve et aussi petite que 2 ou 3 centimètres à maturité, la moule zébrée est une espèce « ingénieure », c’est-à-dire qu’elle modifie les processus naturels de l’écosystème dans lequel elle est introduite. Elle a le potentiel de filtrer jusqu’à un litre d’eau par jour pour se nourrir. Les espèces indigènes, qui sont naturellement présentes dans le lac, peuvent alors devenir mal adaptées à leur propre environnement transformé. Les impacts variés de sa puissante action filtrante ne laissent pas les autres espèces indifférentes: elle altère les chaînes alimentaires et compétitionne directement avec les moules d’eau douce indigènes. Les répercussions économiques et sociales sont nombreuses : elle engendre des problèmes telles que l’obstruction de structures submergées comme les prises d’eau et les quais, elle endommage les embarcations de plaisance, elle peut causer des blessures chez des baigneurs avec leur coquille coupante et elle est vecteur de transmission du botulisme aviaire, une maladie responsable de la mort de milliers d’oiseaux aquatiques, pour n’en nommer que quelques-unes... 

Les plaisanciers doivent redoubler d’effort pour limiter la propagation de ce petit mollusque invisible à l’oeil nu au stade larvaire. Il sera plus important que jamais de Laver, Vider et Sécher son embarcation en changeant de lac pour empêcher la propagation de nouvelles espèces exotiques envahissantes dans le lac Memphrémagog et dans les autres plans d’eau du Québec.

Depuis 2018, la patrouille du MCI fait le suivi de la répartition des moules zébrées au lac Memphrémagog et a réalisé 126 stations d'inventaires entre 2018 et 2021. La carte ci-dessous présente l'évolution de la distribution évaluée lors de plongées en apnée. 

Évolution moules zébrées 2019-2021

Nombre de stations inventoriées:           En 2019 :  22 stations                                    En 2020 : 49 stations                                En 2021 : 20 stations

 

En 2021, les patrouilleurs ont également effectué un suivi du plancton afin de suivre la répartition des larves de moules zébrées (véligères) dans quatre différentes stations. Ces stations sont présentées à la carte suivante.

Le MCI a également distribué des collecteurs à trente riverains afin d'évaluer l'implantation de la moule zébrée dans différents secteurs. La carte suivante présente la répartition des collecteurs sur le lac Memphrémagog.

 

Documentations sur l'évolution de la moule zébrée au lac Memphrémagog

 

Voir la vidéo sur les espèces exotiques envahissantes.