Renaturalisation des berges



Mise en contexte


Pendant trop longtemps, on a sous-estimé l’importance que comporte la bande riveraine des cours d’eau et des lacs pour la qualité de l’écosystème du bassin versant du lac Memphrémagog, notamment au niveau de ses effets sur la santé du lac (eutrophisation) et sur la santé publique (cyanobactéries et dermatite du baigneur). Les rives du lac Memphrémagog et des cours d’eau sillonnant son bassin versant ont subi des transformations inquiétantes de leurs caractéristiques naturelles. On a voulu transposer à la campagne une façon d’occuper le territoire à laquelle on était habitué en ville : grande pelouse, peu d’arbres, aménagements paysagers et mobilier de jardin. On se rend compte aujourd’hui que le déboisement et les aménagements artificiels sont non seulement dommageables lorsque pratiqués en milieu urbain, mais très néfastes lorsque pratiqués en milieu riverain. Une bande riveraine endommagée, c’est une porte ouverte au phosphore et aux sédiments, en plus d’exposer la rive à l’érosion et de permettre un réchauffement indu de l’eau sur le littoral du lac. C’est pourquoi la restauration des bandes riveraines du lac Memphrémagog et des cours d’eau de son bassin versant s’impose.

La renaturalisation des rives du lac Memphrémagog et de tous les cours d’eau qui l’alimentent est un grand chantier qui nous interpelle tous. Heureusement, la renaturalisation d’une rive n’a rien de sorcier et n’est pas très coûteuse. De plus, de nombreux programmes de consultation et de financement existent. Il ne suffit que de se lancer! 


Qu’est-ce que la renaturalisation?

La renaturalisation de la rive d’un lac ou d’un cours d’eau consiste en l’action de restaurer une BANDE RIVERAINE qui aurait été artificialisée ou dégradée, afin qu’elle puisse exercer ses fonctions et que le plan d’eau retrouve son cachet naturel. L’objectif général est de protéger la berge, de rétablir et de maintenir la qualité des écosystèmes aquatiques du bassin versant, notamment en ce qui concerne l’eau potable. On abandonnera pelouse, aménagements paysagers et infrastructures artificielles et on procédera éventuellement à la plantation d’herbacées, d’arbustes et d’arbres indigènes.


Où me procurer les végétaux qui me seront nécessaires?

Différents entreprises offrent des plants qui conviennent à la bande riveraine à leur clientèle. Consultez votre municipalité. De plus, plusieurs municipalités du bassin versant du lac Memphrémagog offrent gratuitement des arbustes utiles pour la renaturalisation d’une bande riveraine. La distribution des plants a habituellement lieu au début de l’été. Contactez votre municipalité et les organismes tels que le COGESAF et le RAPPEL pour en savoir plus.


Distribution darbres à Magog au mois de juin 2008


 
 
Comment restaurer une bande riveraine?

Pour redonner toutes ses fonctions à la bande riveraine, on peut soit la laisser pousser toute seule, ou bien y planter quelques espèces qu’on aura choisies. On peut tout aussi bien faire appel à une équipe de professionnels qui fera le travail pour nous. Le choix d’une méthode plutôt qu’une autre vous revient. Des considérations telles que le budget dont vous disposez, vos exigences esthétiques, la vitesse à laquelle vous voulez que la bande riveraine retrouve ses fonctions et l’ampleur du travail à faire, pourront vous guider à travers ce choix. Dans tous les cas, une bonne planification s’avère nécessaire; on constituera un plan d’aménagement avant d’entreprendre les travaux.


Méthode passive

La méthode de renaturalisation la plus simple consiste à y laisser pousser la végétation naturelle. On cessera d’y tondre le gazon et la nature suivra son cours. La bande riveraine peut donc se régénérer d’elle-même et ainsi se perpétuer. Toutefois, une bande riveraine qui se développe naturellement prendra plus de 7 ans avant de protéger efficacement les cours deau contre les rayons du soleil et laspect esthétique sera alors hors de contrôle. Si on veut maintenir une vue sur le lac, on aura toujours la possibilité de percer une « fenêtre verte » dans la bande riveraine.


Plantation maison

Afin daccélérer la restauration de la bande riveraine et d’assurer que laspect esthétique ne sera pas une source de désagrément pour les riverains, il est possible de sélectionner et planter des espèces appropriées. Cette sélection est importante, car plusieurs facteurs assureront par la suite le succès de la restauration de la bande riveraine. Avant d’entreprendre toute plantation, il faut avoir un certificat d’autorisation émis par un inspecteur de la municipalité. Pour obtenir ce certificat, un plan d’aménagement doit être déposé.


Renaturalisation par des professionnels

Il existe dans la région quelques entreprises qui sont spécialisées dans la renaturalisation de berges et/ou la stabilisation de celles-ci. Par leurs compétences en horticulture et leurs connaissances en botanique, ces gens pourront vous aider à planifier la renaturalisation de la bande riveraine de votre propriété en fonction de vos besoins et de vos goûts. De plus, les entreprises compétentes en aménagement paysager pourront procéder aux plantations requises.


Quand renaturaliser?

Les deux périodes idéales de plantation sont au printemps, dès la fin des crues printanières et jusqu’à la mi-juin, ou à l’automne dès la fin août. Les températures chaudes sont à éviter et cest pourquoi il est recommandé de planter tôt le matin ou en fin de journée, pour éviter le dessèchement des plants. 


Quoi planter?

Le choix des végétaux doit être orienté vers des espèces indigènes bien adaptées aux conditions du milieu. La consultation dexperts en renaturalisation des berges pourra ici être utile, bien quune part importante de ces informations se retrouve dans des guides et dans des ouvrages de vulgarisation facilement accessibles. Il est bien évident que les espèces les mieux adaptées sont généralement celles que lon peut retrouver dans le milieu environnant. On essaiera de reproduire les assemblages végétaux indigènes présents sur le pourtour du plan d’eau. Limportant est de toujours sassurer davoir une bonne diversité despèces, qui peuvent jouer des rôles de protection et dassainissement différents : les arbres et arbustes vont stabiliser les berges en profondeur et créer de lombrage, alors que les herbacées vont ralentir le ruissellement de leau, prélever des nutriments et retenir les sédiments en surface. La liste suivante vous permettra de découvrir des plantes adéquates pour la rive et arborant des feuilles, fleurs et fruits dune grande beauté !

 

Quelles sont les conditions du milieu que je dois observer sur mon terrain pour bien planifier ma plantation?

Le choix des espèces végétales que l’on fera au cours de l’élaboration du plan d’aménagement se fera en fonction des conditions particulières du milieu, notamment le type de sol et le degré d’ensoleillement.

Zone climatique
La zone climatique est déterminée en fonction des températures moyennes, maximales et minimales qui sont enregistrées dans votre région, ainsi que l’abondance et le type de précipitations qu’elle reçoit.

Emplacement de la ligne des hautes eaux
La ligne des hautes eaux détermine l’endroit à partir duquel les plantes ont de fortes chances d’être submergées chaque année. C’est généralement l’endroit où l’eau est la plus haute pendant l’année. Si on veut être plus précis, il faut observer l’endroit où les espèces végétales d’une prédominance de plantes aquatiques à une prédominance de plantes proprement terrestres.


Stabilité de la rive
Tout dabord, il est important de sassurer que le site sur lequel on tente de restaurer la bande riveraine ne comporte pas de foyer d’érosion. Si tel est le cas, il faudra consulter un spécialiste en la matière, qui privilégiera les techniques de stabilisation par génie végétal. 


Humidité et type (nature) de sol

Il est important de bien identifier le type de sol des sections qui seront restaurées. Connaître la nature du sol qui compose votre rive permet de choisir les plantes les mieux adaptées à votre terrain lors de la réalisation du plan d’aménagement. Il faut faire la distinction entre un milieu humide, un milieu semi-sec et un milieu sec pour ensuite choisir les plantes appropriées, ce qui favorisera le succès de la plantation.

Drainage du terrain
Le drainage réfère à l’aptitude dun terrain, par sa pente et sa granulométrie, à permettre lévacuation naturelle des eaux de pluie par ruissellement à la surface du sol ou par infiltration dans le sol. On observera les endroits où le sol est gorgé deau et les endroits où il est plus sec.

Les périodes d’ensoleillement et les endroits plus ombragés
On observera quels sont les endroits qui reçoivent un ensoleillement quotidien et quelles sont ceux qui en reçoivent moins.


Quel est le design typique de la plantation d’une bande riveraine?

Tout dépendamment des obstacles rencontrés, les plantes seront idéalement disposées en quinconce, c’est-à-dire que les plants de la rangée supérieure se retrouveront de biais par rapport aux plants de la rangée inférieure. Il faut également respecter une distance minimale de 1 mètre entre les arbustes et de 4 à 5 mètres entre les arbres.


Technique de plantation en quinconce
 

Source : RAPPEL, 2009.



Quelques trucs pour assurer la reprise des plants

Lors de la réception des plants, il est important de préserver l’humidité des racines en les plaçant dans un endroit frais et ombragé, à l’abri du soleil et du vent, jusqu’à la mise en terre. Les plants peuvent s’assécher en moins de quelques minutes ! Pour la plantation comme telle, un trou suffisamment profond pour permettre létalement des racines devra être creusé, en sassurant que la terre de recouvrement ne dépasse pas le collet de la plante. Il est bien important de sassurer que le sol est suffisamment arrosé et compacté de manière à limiter les poches dair dans le sol. L’installation de tuteurs pour les arbres de 1 m et plus et de protecteurs contre les chevreuils est une bonne idée.

 

Technique de plantation et creusage du trou
 
Source : ZIP ALMA-JONQUIÈRE, 2008.



Comment puis-je garder une vue sur le lac ou la rivière, à travers la bande riveraine?

Il est facile de garder la vue sur le plan d’eau, en perçant une simple fenêtre verte. Pour les terrains plutôt plats, on aura soin d’élaguer, à partir du bas, les branches d’arbre qui gênent la vue, tout en s’assurant de garder un bon couvert arbustif et herbacé. Pour les terrains en pente, on peut procéder à une ouverture en hauteur, où on émondera les arbres à la hauteur qui puisse permettre la vue. La fenêtre verte ne doit pas être une vitrine verte; elle doit faire tout au plus 2 mètres de large.


Comment puis-je accéder au lac ou au cours d’eau, à travers la bande riveraine?

On peut très bien garder un sentier ou un escalier pour avoir accès au plan d’eau. Ces voies d’accès doivent être aménagées de biais par rapport au rivage, de façon à éviter le ruissellement direct vers le plan d’eau.

 


Entretenir la bande riveraine?

Après la renaturalisation, lentretien de la bande riveraine devrait être limité au strict minimum. Tout au long du premier été, on arrosera généreusement les plants en matinée ou en soirée, particulièrement durant les périodes de sécheresse importante. On dégagera les plantes herbacées qui s’accrochent aux végétaux nouvellement plantés et risquent de les étouffer. Par la suite, on aura soin d’enlever les arbres qui pourraient constituer une menace à la stabilité du talus et d’élaguer les branches qui s’étendent un peu trop vers l’intérieur de la propriété. Sinon, la bande riveraine n’a plus besoin d’intervention. Il est très important de ne jamais utiliser de fertilisants dans la bande riveraine.


Par où commencer?

Tout d’abord, il est très important de consulter sa municipalité pour s’assurer que le nouvel aménagement respectera la réglementation en vigueur. Il pourrait également vous être utile de consulter des guides et ouvrages de vulgarisation portant sur la renaturalisation.